Corcelles-sur-Chavornay (VD), 350 habitants

Du photovoltaïque pour tous

Corcelles-sur-Chavornayn (VD) se devait de rénover sa salle communale. Elle en profite pour poser des panneaux photovoltaïques sur le toit de celle-ci. Depuis, la commune vaudoise envisage de couvrir tous les besoins électriques de ses 350 habitants par 28 toitures couvertes de panneaux solaires.

Lorsqu’en 2007, Christian Hunziker prend ses fonctions à la tête des dicastères police des constructions, énergie, éclairage public et informatique à la Commune de Corcelles-sur-Chavornay, l’une de ses premières tâches est de faire rénover la salle communale, une ancienne grange d’une taille généreuse, reconvertie en salle des fêtes avec podium, bar et cuisine. La structure accueille aussi en son rez-de-chaussée une salle de réunion, le matériel des services du feu et un local pour les services de la commune. « La grande salle était fermée au public car en très mauvais état », se rappelle Christian Hunziker. « Comme nous devions en refaire le toit, j’ai proposé d’y poser des panneaux photovoltaïques (PV). » La Commune donne son accord. Outre le fait de produire du courant et d’engranger la vente des kilowatts-heure (kWh), l’idée des élus est d’avoir au cœur du village une installation visible. Autant par les habitants et les gens de passage que par les élèves de l’école située en face. Tous pourraient ainsi comprendre que l’on peut produire de l’électricité de façon locale et simple.   

Des convictions et des connaissances  

Mais pour mettre en place l’installation, Corcelles n’a pas les fonds. A l’époque, le kWh photovoltaïque installé coûte 70 centimes (contre environ douze aujourd’hui) et le prix de cette centrale de presque 150 mètres carrés est estimé à 400'000 francs. « En 2007, la nouvelle rétribution à prix coûtant du courant injecté n’était pas encore en place », ajoute Christian Hunziker. « Nous ne savions pas ce que nous allions toucher en subventions cantonale ou fédérale. » Notre responsable se rapproche alors de la régie locale Romande Energie. Celle-ci lui apprend que la commune voisine, Essertines, se lance dans une démarche similaire. Christian Hunziker contacte ses voisins et leur propose de travailler ensemble, c’est à dire de négocier à deux avec Romande Energie. Et de lancer en commun des appels d’offre. Il faut dire que notre interlocuteur a des connaissances en la matière, car en 2003 il a fait monter une installation PV sur l’école hôtelière de Lausanne, où il travaille. L’installation de Corcelles est posée en 2008, soit 18 mois après l’accord municipal. Avec 148,6 mètres carrés et 160 panneaux, il s’agit à l’époque d’une des plus grandes centrales PV du nord vaudois. « Avec cette centrale au cœur du village, les préjugés sont tombés les uns après les autres », ajoute Christian Hunziker. Il a non seulement des convictions en matière d’énergie propre, mais aussi un brevet fédéral de contrôleur chef électricien, qui l’aide à expliquer les tenants et les aboutissants des énergies renouvelables: « Les habitants ont vu que la réverbération était inexistante, que les panneaux résistaient bien à la grêle… en somme qu’il n’y avait pas de perturbation à craindre. » En mai 2010, lors des Journées du soleil organisées avec l’Association du développement du nord vaudois, Christian Hunziker, qui habite lui-même la commune, présente une nouvelle idée: « J’ai voulu montrer le potentiel PV de notre commune et que ce ne serait pas si compliqué de couvrir tous nos besoins électriques via du PV. J’ai recensé le nombre de toitures de granges, fermes et habitations bien exposées et je suis arrivé au résultat qu’avec 28 installations PV notre commune de 360 habitants serait en équilibre consommation-production. » En clair, les 28 centrales produiraient en moyenne annuelle autant que ce que les habitants de Corcelles, encore appelés les «  Corsaillis   », consomment.   

Eviter les patchworks

La théorie plait. Lors d’une séance communale, les élus incitent le responsable à aller de l’avant avec son concept. La municipalité envoie un questionnaire à ses habitants et leur demande s’ils mettraient leurs toits à disposition pour y installer des centrales solaires. Sur 99 questionnaires envoyés, 56 sont retournés et 99 pour cent intègrent une réponse positive. Une réunion est organisée avec les propriétaires intéressés, afin de finaliser cette première étape théorique et d’expliquer qu’un tel projet doit avoir l’accord de Swissgrid. Christian Hunziker précise : « En avril 2012, nous avons déclaré à Swissgrid les 28 installations à venir. Nous faisons actuellement une analyse financière du projet, analyse subventionnée par le canton de Vaud. En effet, Swissgrid propose désormais des forfaits de subventions ou l’achat des kWh produits. Nous devons étudier le meilleur scénario financier pour réaliser le projet en 2015. » Ce concept de 28 toitures présente divers avantages. Il permet d’utiliser les toitures les mieux orientées et d’obtenir une uniformité esthétique des installations PV, car elles seront toutes montées avec les mêmes panneaux et les mêmes éléments de fixations. De plus, un habitant peut disposer d’une vaste surface de toit, mais ne pas avoir les fonds pour investir. Il pourrait n’équiper qu’une partie de son toit, et si d’autres Corsaillis font de même, on verrait divers patchworks inesthétiques se créer sur les toits. Pour éviter cela, la Commune entend fonder une coopérative dans laquelle tous les habitants, qui le désirent, pourront investir. Notamment, ceux du centre ancien, qui ne peuvent s’équiper de PV pour raison esthétique, mais aussi les locataires intéressés. Les prix des installations seront négociés via un appel d’offre, car il s’agit d’acquérir pas moins de 8000 mètres carrés de PV. Corcelles serait une des premières communes de Suisse, voire d’Europe, à être ainsi autonome en électricité via le PV. En 2011, la commune a fait réaliser un concept énergétique, soit le bilan de ses ressources et de ses consommations, dans tous les domaines, y compris les besoins en mobilité. Ce bilan a confirmé qu’en matière électrique la commune n’a ni potentiel hydraulique, ni potentiel éolien et que sa vraie ressource réside dans le PV.   

Chauffage à distance, thermographie et écoquartier  

Puisque les thèmes environnementaux sont porteurs à Corcelles, la municipalité est active. Trois exemples récents : Tout d’abord, elle réfléchit à la mise en place d’un chauffage à distance alimenté avec du bois communal. De plus, elle vient de mettre à l’enquête la réalisation d’un petit éco-quartier de sept logements. Les toits des bâtiments seront couverts de PV et produiront l’équivalent des besoins en électricité des habitants. Ce quartier devrait être construit en 2015 et sera le premier de ce type dans le nord vaudois. Enfin, pour informer ses habitants de l’état de leurs maisons, la Commune a fait réaliser gracieusement des thermographies de chaque habitation. Les Corsaillis peuvent aller plus loin en demandant un diagnostic certificat énergétique cantonal des bâtiments ( CECB Plus) de leur logement, c’est à dire le calcul énergétique et financier à moyen et long terme d’une rénovation-isolation. Depuis le début 2014, ce diagnostic est financé à hauteur de 500 francs par la commune. Un signe supplémentaire de ce vaste engagement.

Video

Corcelles-sur-Chavornay
 
 

Contact

Christian Hunziker
Le Château 5
1374 Corcelles-sur-Chavornay
Tél. privat 024 441 04 45
Mobile 079 479 76 54
E-Mail

 
 

Liens

 
 

Faits et chiffres

  • Investissement total de Romande Energie Renouvelable : 400'000 francs. L’installation revient à la commune après 25 années.