Sarnen (OW), 10'100 habitants

Penser au développement durable plutôt qu’à la recherche du profit

Depuis environ trois ans, la société Naturaenergie AG exploite à Kägiswil (OW) une installation de biogaz. L’entreprise compte huit agriculteurs, tous installés dans la commune. Cette entreprise a été créée notamment dans l’intention de maintenir le cycle d’énergie dans le canton. Avec le biogaz produit à partir de restes alimentaires, de déchets verts et d’engrais de ferme, aujourd’hui, quelque 440 ménages sont alimentés en électricité.

Le 1 er juillet 2011 a marqué le point de départ. C’est en effet depuis cette date qu’il est interdit en Suisse, pour des raisons d’hygiène, de nourrir les porcs avec des déchets alimentaires. La société Naturaenergie AG a profité de cette décision à temps et lancé son activité le 27 mai 2011 – après six mois de chantier de construction. L’entreprise est unique en son genre dans le canton d’Obwald. Elle fabrique à Kägiswil – une partie de la Commune de Sarnen – du biogaz à partir de restes alimentaires, de déchets verts et d’engrais de ferme et produit ainsi que du courant à partir d’énergies renouvelables.   

Réduction des transports routiers  

« Nous voulions absolument maintenir le cycle d’énergie dans le canton », indique Klaus Seiler, gérant de Naturaenergie AG. Auparavant, les déchets verts étaient charriés vers Malters dans le canton voisin de Lucerne, où ils étaient valorisés. La décision de mettre en place une installation de biogaz avec un centre de compostage à côté n’a certes pas été prise du jour au lendemain, mais elle s’est imposée d’elle-même pour les huit agriculteurs impliqués. Notamment parce que les avantages d’une telle installation parlaient d’eux-mêmes. Aujourd’hui, les exploitations agricoles des propriétaires sont toutes reliées à la société Naturaenergie AG par une conduite à purin souterraine de deux kilomètres de long. Alors qu’avant le purin était transporté des fermes jusqu’aux champs par les routes et centres de villages, il est désormais directement pompé jusqu’à l’installation de biogaz. Ainsi, les odeurs sont nettement réduites, mais surtout le transport par la route a considérablement diminué. La consommation de diesel annuelle a baissé d’environ 3000 litres.   

Un professionnel de la finance et un business plan à l’appui 

Lui et son collègue Adi Müller avaient déjà réfléchi en 2004 à la construction d’une installation de biogaz, se souvient Klaus Seiler. Il a fallu cinq bonnes années pour que l’idée se concrétise. Pour les deux hommes, il était évident qu’un tel projet devait être bien planifié. « C’est pourquoi, nous avons aussitôt engagé un professionnel de la finance, établi un business plan et fondé en mai 2009 une société anonyme. » Il a été décisif par ailleurs que Sarnen fasse part de sa volonté de céder ses déchets verts à Naturaenergie AG, explique Klaus Seiler. « Ainsi, nous étions assurés déjà d’obtenir 1000 tonnes de déchets. » Entre-temps, trois autres communes parmi les sept que compte le canton d’Obwald ont décidé de mettre leurs déchets verts à la disposition de l’entreprise : Kerns, Giswil et Sachseln. « En principe, l’installation est conçue pour tout le canton », explique l’agriculteur, qui continue à gérer avec sa famille une exploitation de volaille.   

Beaucoup de bienveillance et de soutien  

« Nous avons réuni les actionnaires de Naturaenergie AG en un rien de temps », affirme Klaus Seiler. « A aucun moment, nous avons dû effectuer un réel travail de persuasion. Avec notre idée, nous avons enfoncé des portes ouvertes. Aussi, nous n’avons rencontré aucune opposition au projet. » Ce qui était sans nul doute lié au fait qu’ils ont informé la population et les riverains toujours ouvertement et de façon transparente. « Jusqu’alors, nous n’avons eu aucune réclamation », se félicite Klaus Seiler. De la commune, à laquelle ils ont présenté le projet très tôt, ils n’ont ressenti que de la bienveillance et du soutien. Dans le cadre de la nouvelle politique régionale(NPR) de la Confédération, l’entreprise a obtenu 34 000 francs de contribution à fonds perdu. « S’il y a eu quelques difficultés lors de la création de Naturaenergie AG, ce n’est certainement pas avec les autorités, tout au plus avec la concurrence », souligne le gérant.  

Electricité, chaleur et compost de qualité  

Et comment fonctionne le tout ? Chaque année, 14 000 tonnes de purin mélangé à 3500 tonnes de déchets verts – que l’on récupère auprès des communes et d’exploitations horticoles – et 1000 tonnes de restes alimentaires fermentent pendant 30 à 60 jours. Il se dégage alors un gaz, qui est stocké et transformé en électricité et en chaleur dans la centrale de cogénération. Cette production d’énergie respectueuse de l’environnement permet non seulement de fournir 2 millions de kilowattheures d’électricité à 440 foyers et 2,5 millions de kilowattheures de chaleur, mais aussi un compost de qualité, qui peut être acheté sur le site de l’entreprise. L’installation de biogaz – en collaboration avec Ökostrom Schweiz – est inscrite et enregistrée comme projet de protection du climat mené en Suisse auprès de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). En mars 2014, l’OFEV a certifié que Naturaenergie AG avait atteint une réduction de CO 2 de 886 tonnes en douze mois.   

Construction d’une installation photovoltaïque  

L’ensemble des installations de Naturaenergie AG, qui emploie actuellement sept personnes avec un taux d’occupation global de 250 à 300 pour cent, se trouvent sur une parcelle à droit de superficie de la Korporation Freiteil de Sarnen et sont directement contiguës à la ferme du gérant. Les trajets sont donc courts pour Klaus Seiler. Ce qui était avantageux notamment au début du projet car : « La phase de mise en place exigeait un gros travail. » Des efforts qui, sans aucun doute, se sont avérés payants. Non pas grâce au versement de dividendes aux propriétaires – c’est encore trop tôt – mais par le fait que la société se développe et se diversifie. Très rapidement, la société a pensé à la construction d’une installation photovoltaïque d’une surface de 1700 mètres carrés. En décembre 2013, celle-ci a été posée sur le toit du centre de compostage. Depuis, elle approvisionne en électricité 60 foyers. Lors de la pose de l’installation photovoltaïque – comme à la construction de tout le complexe – on a veillé à ce que l’ensemble des commandes soient réalisées par des artisans et des entreprises de la région. « L’ancrage local fait partie de notre concept », souligne Klaus Seiler.   

Extension du réseau  

Le volume d’investissement pour toute l’exploitation se chiffre actuellement à 4,5 millions de francs. Pour Klaus Seiler, il est clair que Naturaenergie AG doit se limiter autant que possible au canton. « Nous sommes effectivement en discussion avec les autres communes d’Obwald. » Il est déjà prévu d’étendre le réseau de conduite à purin de Kägiswil. « Peut-être un ou deux autres agriculteurs vont se rattacher à Naturaenergie AG. » Pour la société, le profit n’est pas la priorité, il importe davantage de réduire encore le volume de transport de purin sur les routes de Kägiswil. Par ailleurs, on réfléchit dans l’entreprise s’il est possible, et dans quelle mesure, d’augmenter encore la quantité de courant vert produite. « Il devrait être possible d’atteindre les 2,5 millions de kilowattheures. » Mais pour l’heure c’est encore hypothétique.   « Avec Naturaenergie AG, nous avons saisi notre chance », souligne Klaus Seiler, « et c’est essentiel. ». Lui et ses partenaires n’ont aucun doute sur le fait d’avoir pris le bon chemin avec cette entreprise. C’est notamment ce que prouve la demande croissante en courant vert et en chaleur produits à partir du biogaz. Rien que cette année, le gérant a fait visiter l’installation à sept parties intéressées. Ce qui lui a pris énormément de temps mais qu’il a fait très volontiers. « Avant tout, parce que les installations de biogaz ont un potentiel considérable dans notre pays. »

Video

Sarnen
 
 

Contact

Naturaenergie AG 
Sonnenhof 1
6056 Kägiswil
Tél. 041 661 05 88 
E-Mail

 
 

Liens

 
 

Faits et chiffres

  • Réduction de CO 2  : 886 tonnes par an   
  • Valorisation annuelle : 3500 tonnes de déchets verts, 1000 tonnes de restes alimentaires et 14 000 tonnes de purin et fumier.
  • Production annuelle : 2 millions de kWh de courant / 2,5 millions de kWh de chaleur. L’installation photovoltaïque produit 270 000 kWh par an.
 
 
Energiestadt